Agriculture biologique et agriculture raisonnée
agriculture conventionnelle

Agriculture biologique et agriculture raisonnée

Résumé

Parce qu’il important de bien faire la différence entre les différents types de productions agricoles. Bio, conventionnel, raisonnée, intensif… il y à boire et à manger.

Si vous êtes un fidèle lecteur de notre blog, vous le savez déjà.
L’agriculture biologique est un mode de production qui limite autant que possible l’utilisation de produits chimiques de synthèse et d’OGM. En suivant ces pratiques, elle est bénéfique pour l’environnement, la biodiversité agricole et la qualité des aliments, ainsi que pour la santé des personnes qui produisent et consomment des produits bio.

C’est quoi l’agriculture conventionnelle ?

L’agriculture conventionnelle existe depuis un certain temps. Elle se définit comme un type d’agriculture où l’on utilise des produits chimiques plutôt que les éléments de la nature pour traiter et prévenir les maladies.
Aujourd’hui, l’agriculture conventionnelle est l’une des branches les plus importantes de l’industrie. Elle a pour résultat une production végétale à haut rendement et l’espérance d’un revenu stable pour les agriculteurs.

C’est vrai, les agriculteurs sont toujours confrontés aux menaces des parasites, des maladies et des mauvaises herbes. Depuis plusieurs dizaines d’années, il est beaucoup plus facile de faire face à ces menaces en utilisant des pesticides chimiques. Cependant, de nombreuses recherches sont menées pour trouver des alternatives plus sûres qui ont des effets secondaires moins graves sur les humains.  Les anomalies congénitales, les allergies, le cancer et les problèmes de reproduction sont quelques-uns des problèmes causés par l’exposition aux produits chimiques.  Les nouvelles technologies ont permis aux agriculteurs de lutter contre les parasites beaucoup plus facilement qu’auparavant grâce à l’utilisation d’organismes génétiquement modifiés ou OGM.
Malgré tout, nous sommes arrivés au bout d’un processus qu’il s’agit de réformer rapidement.

C’est quoi l’agriculture raisonnée ?

Décrite par les lobbies comme stratégie visant à améliorer la productivité de l’agriculture et à prévenir la dégradation de l’environnement, l’agriculture raisonnée consiste à utiliser la quantité minimale de pesticides, d’engrais et d’eau nécessaire. Et on va plus loin dans l’escroquerie intellectuelle, on indique que les pesticides s’utilisent uniquement pour une durée requise. On sous-entend que l’on ne laisse que peu de résidus toxiques et que l’on n’endommage pas les sols. L’eau, utilisée avec parcimonie, vous pensez bien !
Quelle mascarade. C’est un peu comme un enfant pris sur le vif d’une bêtise qui explique qu’il n’a pas fait exprès… Quelle lâcheté !

Agriculture raisonnée, agriculture conventionnelle, agriculture intensive, la porosité est au rendez-vous.

Et le rendement dans tout cela ?


Ce terme est dans toutes les bouches des agriculteurs qui sont des chefs d’entreprise aussi. Ils font des investissements, emploient des salariés et ont des frais tout simplement.

Saluons le courage des tous premiers agriculteurs de l’agriculture biologique qui ont pensé autrement en éliminant toute forme de chimie de synthèse.
Ils ont fait face automatiquement à une baisse immédiate de rendement en ayant pourtant autant de charges (les pesticides en moins) mais plus de main-d’œuvre, car le désherbage à la main en demande beaucoup plus.

Dans les années 2000, on disait que l’agriculture biologique avait un rendement 20 % plus faible que l’agriculture conventionnelle.

Aujourd’hui, ce pourcentage tend à se réduire, voire selon les types de productions à être bien meilleur pour la bio. Pourquoi ? Parce que la polyculture pratiquée en agriculture biologique et la rotation des productions sont plus efficaces.
Les variétés en AB sont bien plus résistantes aux agressions climatiques fortes.
Effectivement, plus on met de chimie dans le sol, plus on détruit la biodiversité nécessaire et pour finir, on appauvrit les terres agricoles.

Et la réalité économique dans tout ça !

En fait, le conventionnel très mécanisé se libère de l’emploi et les différentes études indiquent donc un rendement plus fort pour l’agriculture conventionnelle. En effet, environ ¼ supérieur.
Il faut savoir ce que l’on veut.
Malgré tout, est ce que l’on est en mesure de chiffrer ce que l’agriculture biologique apporte à la planète ? La préservation des sols, la baisse des gaz à effet de serre, l’économie en eau… Cela prouve la générosité des agriculteurs de la bio qui ne travaillent pas que pour leur profit immédiat personnel. C’est un changement total de mentalité que le mouvement porte.

Et comment nourrir le monde en Bio ?

C’est le principal argument contre l’agriculture biologique.
Alors, au lieu de jeter le discrédit sur les faibles capacités de production mondiale de la bio vis-à-vis du conventionnel, on devrait d’abord s’interroger sur le gaspillage qui a lui seul permet de nous le monde entier. Rien qu’en France, plus de 10 millions de tonnes de nourritures produites pour absolument rien sans compter les tonnes de CO2 qui vont avec.
La réduction du gaspillage alimentaire est un moyen de nourrir la planète.

Pour conclure sur l’agriculture biologique et agriculture raisonnée

Agriculture biologique et agriculture raisonnée, conventionnelle, ou intensive ne partagent pas la même philosophie et pas la même peine.
Avec pesticides : pollution des mers et cours d’eau, érosion des sols, massacre de la biodiversité, dégradation de la santé des agriculteurs et de leurs voisins.

Et l’histoire ne prend pas fin ! 
L’agriculture est la première couche, la seconde appartient aux transformateurs. Il y a les industriels de l’ultra transformation et leurs pratiques scandaleuses. Pour eux, Agriculture biologique et agriculture raisonnée, même combat, il faut vendre au moindre coût !

Autres articles du blog : terrain agricoleoutil numérique

Partager :FacebookTwitter

Instagram

Error validating access token: The session has been invalidated because the user changed their password or Facebook has changed the session for security reasons.