Agroalimentaire : zoom sur les produits ultra transformés
agroalimentaire

Agroalimentaire : zoom sur les produits ultra transformés

Résumé

Des biscuits aux boissons sucrées, les produits ultra transformés font partie intégrante de notre alimentation. Cependant, ils sont dangereux pour notre santé et il vaut mieux les éviter. Des alternatives saines existent pour les remplacer.

Les produits ultra transformés, issus de l’industrie agroalimentaire, sont omniprésents dans l’alimentation des Français aujourd’hui. Mais sont-ils réellement sains et sans danger pour la santé, comme l’indiquent leurs fabricants ? Pas si sûr…On vous dit tout !

Produits bruts, peu transformés ou ultra transformés, quelles différences ?

On distingue 4 catégories de produits selon leurs degrés de transformation.

En premier, nous avons les produits bruts qui n’ont subi aucune transformation et sont donc les plus sains. Parmi eux, on retrouve les fruits et les légumes, les céréales, les œufs, la viande et le poisson.

La deuxième catégorie regroupe les produits peu transformés, à l’aide de procédés mécaniques et/ou thermiques. Le beurre, la margarine, les épices et les autres ingrédients culinaires de base tels que le sel et le sucre, en font partie.

Les produits transformés entrent dans la troisième catégorie. Ce sont des produits bruts, auxquels on a ajouté des produits peu transformés, tels que les épices, par exemple. Ils peuvent être faits maison comme le pain, le fromage, le tofu ou encore certains aliments en conserve comme les haricots verts ou le thon. Certains produits agroalimentaires sans gluten peuvent également rentrer dans cette catégorie. Cela dépendra de leurs degrés de transformation. Par exemple, si le pain provient de chez un vrai artisan boulanger, alors oui, sinon, il y a de fortes chances qu’il appartienne à la dernière catégorie.

Enfin, en dernier, nous avons les produits ultra transformés. Ils contiennent des conservateurs, des additifs, des arômes et autres produits chimiques. Dans cette catégorie, on retrouve la plupart des produits aux emballages ultra colorés que l’on retrouve en grande distribution, appartenant aux géants des industries agroalimentaires. Parmi eux, on retrouve, les boissons sucrées et gazeuses, les chips, le chocolat, les soupes ou encore la plupart des céréales du petit-déjeuner. Il faut savoir que tout les produits ultra transformés ont subit de nombreux changements.

L’industrie agroalimentaire et ses dangers

Aujourd’hui, la malbouffe, représente plus de 50 % des produits vendus en grandes surfaces et constitue en moyenne ⅓ de l’alimentation d’un Français.

Pourquoi sont-ils dangereux ? De récentes études ont montré qu’il existe un lien entre ces produits agroalimentaires et l’augmentation du nombre de cancers et autres maladies comme le diabète et l’obésité. En effet, les nombreux procédés qu’ils subissent, changent totalement les produits finaux des matières premières initiales. Pour commencer, les produits ultra transformés sont peu rassasiants, ce qui encourage à en manger plus que les apports nutritionnels recommandés. De plus, ils sont composés de ce que l’on appelle des calories vides. Ils sont pauvres en nutriments comme les vitamines, les minéraux ou encore les fibres. Mais riches en sucres, sel et lipides. Cela provoque des pics de glycémie qui encourage l’apparition de diabète et de maladies cardiovasculaires.

En règle générale, il est facile de reconnaître la qualité nutritive d’un produit. Si un nutriment représente plus de 15 % des composants, alors le produit en contient beaucoup. S’il y en a moins de 5 %, alors au contraire, il n’est présent qu’en faible quantité. Pour illustrer cela, nous avons pris l’exemple d’une célèbre pâte à tartiner. Elle contient 55 % de sucre, 17 % d’huile de palme, 13 % de noisettes et 7 % de cacao. On voit bien qu’ici, l’élément principal est le sucre, or, les matières premières de bases sont les noisettes et le cacao.

De même, pour savoir si un aliment de l’industrie agroalimentaire est riche en sucre, il suffit de comparer le taux de sucre et le taux de glucides. Si les taux sont proches, alors le produit est très sucré. Si nous prenons l’exemple d’une boisson en canette très connue, au packaging rouge. On remarque que les taux de glucides et de sucres sont exactement les mêmes. Soit, 10.6 gr pour 250 ml, ce qui représente presque la moitié de ce que l’OMS recommande en apports journaliers de sucres rapides.

Les alternatives aux produits industriels

Il est facile de céder à la tentation et d’acheter des plats préparés ou des gâteaux pour vos enfants. Mais à quel prix ? Un produit agroalimentaire ultratransformé est dangereux pour la santé, sans parler du fait que sa production génère une pollution importante.

La meilleure solution est de cuisiner ! En transformant vous-même les matières premières, vous contrôlez ce que vous mettez dans votre assiette. Privilégier les producteurs locaux et bio vous permet d’être sûr de la provenance et de la qualité de vos ingrédients. Contrairement aux idées reçues, un bon petit plat ne vous prendra pas beaucoup de temps. Et puis, c’est l’occasion de passer un moment en famille. Si vous n’avez pas le temps, vous pouvez planifier vos repas à l’avance. De plus, cela vous reviendra moins cher qu’acheter des plats déjà prêts, aux compositions douteuses, que propose l’industrie agroalimentaire. Offrir une alimentation saine et équilibrée aux enfants est l’objectif de tout parent pour leur assurer une vie en pleine forme.

Si vous souhaitez toutefois acheter des produits issus de l’industrie agroalimentaire, de manière occasionnelle, des astuces existent pour ne pas se faire piéger. Il faut privilégier les aliments sans emballage et bio. Et surtout, ils doivent contenir au maximum 5 ingrédients, tous facilement identifiables.

Partager :FacebookTwitter

Instagram

Error validating access token: The session has been invalidated because the user changed their password or Facebook has changed the session for security reasons.