Les champignons comestibles, comment les reconnaître ?
Une variété de champignons comestibles, le cèpe de bordeaux dans la forêt.

Les champignons comestibles, comment les reconnaître ?

Résumé

Même s’ils semblent tous appétissants, il y a certains champignons qu’il vaut mieux observer de loin. On vous présente les variétés comestibles les plus connus. Ainsi que celles, au contraire, toxiques.

Lors de vos balades en forêt, vous avez déjà été tenté de ramasser les premiers champignons qui croisent votre route ? C’est une grosse erreur ! Même s’ils peuvent vous paraître appétissants, ils ne le sont pas forcément, en tout cas, pas pour l’humain. Un champignon toxique peut fortement ressembler à un autre comestible !

En effet, il existe environ 3 000 espèces de champignons en France. Sur ces espèces, seulement 100 sont comestibles. Une centaine sont toxiques pour l’homme et une vingtaine sont même mortels.

Alors avant de les cueillir, attention. Quelques indications dans cet article !

En automne et hiver

S’il y a de nombreuses espèces de champignons comestibles, nous allons vous présenter les 20 espèces les plus communes. Nous allons les mettre en avant par période de récolte.

De septembre à octobre

Le cèpe de Bordeaux est un des champignons les plus connu. Son chapeau peut mesurer entre 4 et 25 cm et peut même atteindre 40 cm. Il est lisse, de couleur brun foncé ou clair.

Son cousin, le cèpe bronzé, est facilement reconnaissable grâce à ses trois couleurs. Le haut de son chapeau est brun foncé, tandis que le pied est brun clair et que le dessous du chapeau est blanc. 

Il y a de fortes chances que vous trouviez au même endroit des champignons leurs ressemblants, mais de couleur crème. Ce sont des meuniers, comestibles également. Mais faites attention quand vous les cueillez, ils sont très fragiles et cassants.

De plus, si vous avez l’occasion d’entrer dans des pâturages, vous trouverez sûrement des rosés des prés. Similaire aux champignons de Paris, ils peuvent se consommer crus ou cuits.

Il y a aussi la pleurote de panicaut. Son pied blanc penché et les bords marrons enroulés de son chapeau donnent l’impression qu’elle pleure.

De novembre à mars

Variété d’exception également, la truffe est reconnaissable entre mille, pas besoin de vous la détailler ! Mais sans l’aide de porcs ou de chiens truffiers, vous aurez peu de chance d’en trouver !

Au printemps et en été

De mars à mai

Incontournable des repas de fêtes et des plats gastronomiques, la morille est très recherchée. Son chapeau est semblable à un corail et peut-être de couleur crème pour la morille blonde, ou brun-noire, pour la morille conique. 

D’avril à octobre

Avant d’entrer dans les bois, il y a de fortes chances que vous passiez près de lisières ou de près. Garder un œil sur l’herbe ! Il est possible que vous trouviez des coprins chevelus. Cette variété au nom si particulier, a un look bien à lui. Il est blanc, de forme cylindrique en cloche, recouvert de mèches blanches. Pour les chanceux, vous en trouverez même jusqu’à début décembre !

De plus, idéale pour accompagner de la viande, la coulemelle se distingue par son parfum de noisette ! Ce champignon est facilement repérable avec un chapeau à la forme de mamelon avec des écailles brunes et un pied qui peut mesurer jusqu’à 35 cm. Attention, celui-ci ne se mange pas. 

De juin à septembre

La girolle ou chanterelle est facilement reconnaissable à sa couleur orange et à son chapeau aux contours évoquant des vagues.

De même, si vous aimez la noisette, la russule charbonnière est un champignon fait pour vous ! Son chapeau est gras au toucher et peut être de couleur violet tirant sur le gris, bleu, verdâtre ou pourpre. De la même famille, il y a également la russule comestible. Elle a un chapeau de couleur brun, creusé au centre. Ces 2 variétés pourront se cueillir jusqu’en octobre.

Si vous souhaitez quelque chose de plutôt fruité, le pied de mouton est idéal. Il possède un chapeau de couleur jaune crème en forme de vague. Le dessous de celui-ci n’est pas alvéolé, mais présente des tiges qui s’effritent quand on les touche. 

Et enfin, la vesse de loup en poire, ça vous parle ? C’est ce champignon qui ressemble à un oursin de mer blanc, qui une fois trop mûr dégage une odeur désagréable quand on l’écrase ! Bonne nouvelle, vous pouvez trouver ces deux dernières variétés jusqu’en novembre !

Les faux champignons toxiques

Savez-vous qu’il y a des espèces violettes, rouges, et même vertes, qui sont comestibles ?

Et oui ! Il y a par exemple, la russule verdoyante, qui comme son nom l’indique est de couleur vert pâle.

Elle est reconnaissable à son chapeau craquelé. Cependant, victime de son succès, elle est aujourd’hui difficilement trouvable. Mais, sa cousine, la russule dorée, de couleur orange à rouge vif, est encore très présente entre juillet et octobre.

Vous avez déjà vu des pieds-bleus ou pieds-violets ? Non, on ne vous parle pas de trolls ou autres espèces féériques, mais toujours de champignons ! Pieds et chapeaux sont de couleur lilas et ont un goût fruité ! Ce joli champignon est présent entre avril et novembre !

Enfin, si vous êtes las d’avoir les yeux rivés au sol, regardez un peu les troncs des châtaigniers et des chênes. Vous aurez peut-être l’opportunité de voir des langues de bœuf ! Ces champignons au nom peu appétissant, sont de couleur rouge à rose orangé. Leur chair spongieuse a un goût acidulé. Disponible de juin à septembre, vous avez le temps d’en trouver !

Les champignons toxiques

Bien qu’il y ait une centaine de champignons toxiques, on va vous parler des 8 variétés les plus courantes. Ils peuvent provoquer de violents maux de ventre, des problèmes cardiaques, de fortes hallucinations ou même la mort.

On commence avec le calice de la mort, qui comme son nom l’indique est mortel. C’est un champignon tout blanc, à l’aspect perlé.

Ensuite, nous avons la galère marginée. Poussant dans des souches de troncs d’arbres, ce petit champignon marron au chapeau collant vous causera beaucoup de désagréments !

Si les rongeurs l’adorent, l’amanite tue-mouche, le fameux champignon au chapeau rouge avec des points blancs, est mortelle ou fortement toxique pour l’être humain.

Ressemblant à des cèpes, le bolet de Satan est reconnaissable à son pied rouge vif. Il peut être mortel.

Autrefois utilisé dans la fabrication du combustible à fusée, le Cudonia circinan, une fois avalé, est un poison mortel. Il est facilement reconnaissable, à son aspect gélatineux et à son chapeau blanc, subglobuleux, souvent parcouru de veines et de creux difformes. 

La fausse morille, comme son nom l’indique, ressemble à une morille, mais à un aspect séché et marron clair. Contrairement à son cousin, ce champignon n’a rien d’appétissant, surtout qu’il contient du monométhylhydrazine, une substance utilisée pour faire du carburant à fusée.

Enfin, le cortinaire si joli, est à observer… de loin ! Sa couleur cuivrée vous donne envie de le cueillir, mais méfiez-vous, il est hautement toxique.

N’oubliez pas, si vous avez un doute, vous pouvez toujours aller dans votre pharmacie. Les pharmaciens sont formés et savent reconnaître les champignons. Ils vous aideront à faire le tri si nécessaire.

A bon entendeur !

Partager :FacebookTwitter

Instagram

Error validating access token: The session has been invalidated because the user changed their password or Facebook has changed the session for security reasons.