Les locavores sont-ils biocavores ?
proximité

Les locavores sont-ils biocavores ?

Résumé

Consommer local, c’est le premier réflexe que tout consommateur doit avoir. Mais, est-ce suffisant ?

Les locavores sont partout, mais finalement, qu’est-ce que cela veut dire ?
Le locavorisme consiste à acheter des produits locaux de saison, frais en circuit court. Cela signifie soutenir les producteurs locaux, réduire la pollution et les déchets alimentaires, renforcer l’économie locale et protéger notre environnement ? En fait, oui et non. Le hic provient de l’approche environnementale. On vous en dit plus !

Les Français aiment-ils manger local ?

En France, selon une étude de Harris Interactive, 45 % de la population estime que la consommation locale soutient l’économie locale. Ce pourcentage augmente chez les personnes âgées de 18 à 24 ans (47 %) et de 55 ans et plus (53 %). 34 % des Français affirment que consommer local permet de préserver l’environnement.
Donc, la production locale apparaît comme un atout considérable car c’est synonyme de confiance et d’attachement. Nous savons ainsi que la fabrication locale est importante, mais cette étude montre que les Français, non seulement, comprennent son importance et sa valeur, mais qu’ils ont également un lien plus profond avec leur proximité. Les locavores se rassurent-il ainsi ?

Les locavores sont-ils éco-responsables ?

On l’a vu, les locavores sont des consommateurs qui s’efforcent de ne consommer que des aliments produits localement. Ils veulent soutenir les agriculteurs locaux et réduire leur empreinte carbone, d’accord. Les locavores achètent des aliments saisonniers, locaux ou régionaux. Ainsi, leurs fruits, légumes, viandes et fromages ont parcouru moins de 160 km pour arriver dans leur assiette. Toujours d’accord. Mais, les locavores s’engagent-ils vraiment ?
En fait, là où le bât blesse, c’est qu’en adoptant une posture uniquement locale, les locavores font fi de tout label engageant pour l’agriculteur. Ce n’est parce que c’est local que c’est forcément éco-responsable sur toute la ligne, non ?
Parce que si les locavores utilisent moins le transport pour acheminer les marchandises, on peut se poser la question des pesticides.

Et la bio dans tout cela ?

Autrement dit, peut-on être locavore et manger du bio ? En bon normand, on peut dire oui et non. Un consommateur de Bio est semble-t-il un locavore qui a poussé le curseur un peu plus loin de l’éco-responsabilité.
Certes, des valeurs sont communes comme la lutte contre le gaspillage et le fait d’acheter en vente directe.
Malgré tout, les consommateurs de bio achètent aussi le plus souvent localement. Ils préfèrent privilégier le local plutôt que d’acheter des produits bio cultivés hors des frontières de France. C’est plus réfléchi.

Seul coupable : l’industrialisation 

Les produits biologiques sont un choix éprouvé. Les consommateurs se tournant de plus en plus vers les aliments naturels qui fournissent tous les nutriments nécessaires à une santé optimale. Malgré tout, le rythme de vie a vu une augmentation des personnes qui mangent à l’extérieur et achètent des plats préparés au supermarché. Cela signifie qu’il y a moins de temps pour la préparation des aliments. De plus, les locavores de premier niveau refusent le bio sous prétexte que le bio, c’est du marketing.  En fait, ils assimilent la bio locale au bio hors des frontières de France sans savoir que ce bio la est produit avec de la main d’œuvre sous-payée…
En bref, la perception du consommateur en matière de bio est de plus en plus diluée. Beaucoup de confusion sur la garantie qu’apportent les labels AB. Pour finir, beaucoup de consommateurs se disent que les pesticides sont partout même dans le bio. Ils préfèrent acheter à un producteur de confiance près de chez eux, même si celui-ci ajoute des substances chimiques à sa terre. C’est bien dommage !

En conclusion, les biocavores mangent bio !

En définitive, « local » est une expression qui fait allusion à la proximité, mais il n’existe pas de définition légale. De plus, elle varie d’un distributeur à l’autre. Les consommateurs qui annoncent qu’ils préfèrent les produits locaux doivent être informés que bio et local ne sont pas contradictoires et ne s’opposent pas.
Grâce à la diversité des climats et des terroirs en France, et aux 26 000 exploitations agricoles qui pratiquent la vente directe, les consommateurs peuvent manger bio et local. Et bien, c’est cela l’essentiel.
Dans les faits, les consommateurs de bio sont encore plus attachés au respect de la planète. Ils s’impliquent, encouragent ceux qui cultivent en faisant attention à ne pas détruire leurs terres à long terme à coup de pesticides.
CQFD : on consomme bio le plus souvent possible et le plus localement possible.

Les locavores qui s’affirment ainsi sont sans doute sur la première marche d’un parcours qui les mènera vers une amélioration de leurs pratiques de consommation. C’est bien cela l’essentiel.

Dans le même genre, nous parlerons prochainement des flexitariens, pas végans, pas végétaliens, ni même végétariens.
Pourquoi, cette manie de mettre les gens dans des cases ? C’est clivant, non ?

Biocavore : c’est quoi ? – BioToutCourt

Partager :FacebookTwitter

Instagram

Error validating access token: The session has been invalidated because the user changed their password or Facebook has changed the session for security reasons.