Les terrains agricoles s’arrachent !
zone agricole

Les terrains agricoles s’arrachent !

Résumé

Préservons les zones agricoles sous peine que des mains indélicates ne s’en emparent pour de mauvaises raisons spéculatives.

Lse terrains agricoles asservis face à plusieurs tensions. Tout d’abord celle liée à l’étalement urbain. Et puis, il y a aussi un souhait de domination des industriels souhaitant maîtriser de bout en bout la chaîne depuis production jusqu’à la transformation.

Qui peut ambitionner d’acheter des terrains agricoles ?

La question vient naturellement. Si vous êtes un particulier avec un projet proche de la nature, un porteur de projet agricole, ou tout autre projet plus personnel que professionnel, vous avez la possibilité d’acheter un terrain agricole. Aujourd’hui, l’achat de terres agricoles est un projet qui profite à l’environnement, tout en favorisant l’autosuffisance lorsque l’on s’installe.
Acheter des terres agricoles, c’est d’abord être capable de comprendre ses besoins. On tombe souvent amoureux d’un beau terrain. Il est important de savoir que chaque type de terrains agricoles a sa spécificité en fonction de son utilisation, de sa localisation et de son statut juridique.

Étalement urbain, quand tu nous tiens

En France, en raison des prix élevés, plus de la moitié des logements sont des maisons individuelles urbaines ou péri-urbaines. La construction en France se poursuit malgré le coût écologique élevé de l’étalement urbain.
La crise urbaine de notre époque s’inscrit dans une transformation économique plus vaste dans laquelle le pouvoir s’est déplacé des villes vers les banlieues. Plus récemment, une expansion des habitations des villages vers les plaines agricoles. Alors que de plus en plus de villes se trouvent en crise immobilière, il est temps de faire le point sur ce qu’implique l’étalement urbain.
Les zones naturelles se défrichent pour faire place aux infrastructures de transport et aux développements immobiliers. Les espèces qui vivent sur ces zones disparaissent…Faut-il continuer à construire davantage de logements individuels, sans doute pas. Un chiffre ? Chaque année, 30 000 hectares d’espaces naturels, agricoles et forestiers se développent artificiellement.

Nous ne pouvons que déplorer les conséquences destructrices de ce phénomène dans les régions. L’augmentation de la pollution de l’air et de l’eau due aux activités et au ruissellement des routes, des maisons est manifeste. L’étalement favorise aussi l’augmentation des déplacements en voiture, multipliés par deux depuis les années 70.  

 Il s’agit de proposer un nouveau modèle de croissance durable et équilibrée. Il est impératif pour la vie de la faune et de la flore qu’il n’y ait pas de rupture de la continuité écologique.

Main basse des terrains agricoles par de grandes entreprises

De grandes entreprises monopolisent les terres en achetant des milliers d’hectares à des prix inabordables pour les agriculteurs ou les jeunes qui s’installent. Pire, les agriculteurs français sont éconduits de leurs terres par l’extension de la monoculture mondiale. Il s’agit d’une dépossession à grande échelle par de grands investisseurs, avec de graves conséquences pour la biodiversité et la souveraineté alimentaire des zones rurales.

Aucun territoire agricole français n’est épargné, plus que jamais convoité par certains spéculateurs. Les conséquences certaines : les terres agricoles sont de moins en moins accessibles aux agriculteurs.
Que se passe-t-il en France ? De plus en plus de terres achetées par des investisseurs privés comme de grands groupes de la grande distribution, de l’industrie agroalimentaire ou des cosmétiques. Ils veulent simplement développer leur propre production. Pour ce faire, ils se tournent vers des sociétés de gestion foncière.

Posséder des terres agricoles est l’un des meilleurs investissements qu’ils puissent faire. Tout d’abord, ils assurent leur propre approvisionnement sans passer par d’autres producteurs. Ensuite, ils contrôlent directement les matières premières. Cela apporte plus de flexibilité pour répondre aux attentes changeantes du consommateur. Enfin, l’exploitation directe permet à l’entreprise de se passer d’intermédiaires coûteux : agriculteurs, coopératives, grossistes, négociants, etc.

Ainsi, on estime que plus de la moitié des terres agricoles françaises sont contrôlées par ces sociétés.

Les grands industriels et les grandes enseignent sont déjà connus d’être ceux qui fixent les prix. Ce n’est pas près de changer !

Qui est favorisé dans l’achat des terrains agricoles ?

La SAFER est un établissement public qui gère la priorité dans l’acquisition et la revente des terres agricoles. Elle doit être informée de la vente de terres agricoles ou de parts à 100 % d’une société agricole. Elle peut exercer un droit de préemption.

En toute opacité, certains annoncent que les terrains agricoles vendus par la SAFER sont de simples pâturage. Donc, non utilisés à des fins agricoles. Ils n’ont pas, non plus, de valeur de développement en raison de leur topographie. On prétexte même l’absence d’accès à l’eau potable… On peut en douter. La SAFER croit que l’investissement dans l’immobilier génère une valeur à long terme pour ses actionnaires. Les entreprises sponsorisées par la SAFER ont des stratégies différentes. Pourtant, elles partagent toutes le même objectif. Il s’agit d’investir pour améliorer et augmenter la valeur de leurs terres afin de les rendre plus rentables.

Pourtant, créées en 1955, la SAFER a une double mission. Elle doit permettre aux agriculteurs d’acheter des terres agricoles. Et veiller à ce que le processus soit le plus transparent possible, empêchant ainsi la spéculation. A l’origine, l’objectif de cet organisme public était de protéger les intérêts de la France rurale en maintenant les petites parcelles de terre agricole. Mais sa mission a évolué au fil du temps. Aujourd’hui, la SAFER est maintenant partiellement financée par les banques qui gèrent ses transactions. L’aide publique ne représente plus que 2 % des ressources. Ceci explique cela.

Existe-t-il un moyen de contourner la SAFER ?Il existe un certain nombre de moyens de contourner le droit de préemption. On peut louer des terrains agricoles pendant trois ans, auquel cas il devient admissible à la vente au locataire.

En conclusion, les agriculteurs français ont des raisons d’être en colère, désabusés et rien ne garantit que leur situation s’améliore à l’avenir. Ils aimeraient gagner honnêtement leur vie et augmenter leurs revenus dégradés. Mais, les contraintes politiques et économiques ne leur permettent pas de réaliser ce pour quoi ils se sont installés à l’origine.

Si l’agriculture reste une source importante d’emplois et de revenus en France, l’économie rurale est en pleine mutation depuis la première moitié du XXe siècle. Les petites exploitations familiales ont disparu progressivement de génération en génération. La concentration des terres se poursuit au galop. Les nouveaux emplois se font rares dans ces villages devenus dépendants des services publics (écoles, poste) et du tourisme.

Dans un contexte économique de précarisation des campagnes, le terrain agricole est un secteur stratégique pour les salariés qui pourtant se réfugient de plus en plus vers un retour aux fondamentaux.

Depuis les années soixante-dix, l’abandon de l’agriculture au profit de l’industrie a donné naissance à un pays « périurbain » avec de grands exploitants et ceux qui recherchent l’isolement à la campagne.

Enfin, les agriculteurs nous fournissent la nourriture que nous mangeons. On ne les traitent pas à leur juste valeur.
Chaque jour, certains consommateurs soutiennent leurs agriculteurs en achetant en direct des produits locaux. Malgré tout, cela ne va pas suffire si nous sommes une petite minorité à prendre conscience du phénomène.

De même, si vous avez du foncier agricole, contactez des structures comme Terre de Liens qui peuvent vous accompagner dans le fait de vendre. Permettre aux petites exploitations agricoles de survivre est une question de survie pour votre agriculture et donc vos assiettes.

Mobilisons-nous pour changer la donne. Nous sommes tous acteurs !

Partager :FacebookTwitter

Instagram

Error validating access token: The session has been invalidated because the user changed their password or Facebook has changed the session for security reasons.