PAT : Projet Alimentaire Territorial, kezako ?

PAT : Projet Alimentaire Territorial, kezako ?

Résumé

Relocaliser l’agriculture et l’alimentation dans les territoires, c’est la logique des PAT, Projets alimentaires territoriaux.
Dans les faits, c’est quoi exactement ?

Né en 2014, le Projet Alimentaire Territorial (PAT) vise à relocaliser l’agriculture et l’alimentation dans les territoires en favorisant l’aide à l’installation, les circuits courts ou les produits locaux dans les cantines.
En premier lieu, il vise à rassembler des organisations qui, par leurs activités conjointes, peuvent planifier et le mettre en œuvre.
Ensuite, il vise à fédérer les différents acteurs d’un territoire autour de la question de l’alimentation, contribuant ainsi à la prise en compte des dimensions sociales, économiques, sanitaires et environnementales du territoire.
Pour ce faire, les PAT suivent 3 objectifs principaux : promouvoir l’éducation à l’alimentation, offrir une plateforme d’action et de partage de connaissances, et développer des stratégies territoriales autour de l’alimentation.
Les PAT jouent un rôle essentiel dans l’accélération de la transition agricole et alimentaire en mettant en relation producteurs, transformateurs, distributeurs, collectivités locales et consommateurs.
En bref, tout cela, c’est ce que vous pouvez lire dans les nombreuses publications porteuses de projets ou sur les sites publics.

PAT fait pour qui et par qui ?

En premier lieu, ce dispositif de reconnaissance s’adresse aux organismes publics ou privés à but non-lucratif, impliqués dans les questions alimentaires et engagés dans un projet alimentaire territorial.

Les différents groupes :

  • Les agriculteurs en groupement ou en coopérative
  • Les financeurs : ce sont souvent les communautés d’Agglo, les Parcs Régionaux qui portent les projets. Le soutien financier provient du MAA, de l’ADEME et du MSS, donc de l’Etat
  • Les associations de la société civile liées à la consommation ou à la famille
  • Les organismes de recherche qui sont d’appui important en terme de ressources
  • Les sociétés et structures de transformation et de distribution

Les financements 

Aussi, les PAT peuvent mobiliser des fonds privés ou générer leurs propres ressources.
Les ressources peuvent venir de l’Europe FEADER, pour le développement rural ou FEDER pour le développement régional.

Les axes

Tout d’abord, l’Economique, car il s’agit de rapprocher l’offre et la demande, maintenir la valeur ajoutée sur le territoire, contribuer à l’installation des agriculteurs et à la préservation des espaces agricoles.

Ensuite, l’Environnemental, le concept d’alimentation locale s’est développé au fil des années, pour diverses raisons : développement de la consommation de produits locaux et de qualité, promotion d’un nouveau mode de production agro-écologique, dont la production biologique, préservation de l’eau et des paysages, lutte contre le gaspillage alimentaire. Elle est aujourd’hui très populaire auprès des consommateurs.

Enfin, le Social, car la nourriture est un sujet auquel tout le monde peut s’identifier. Elle rapproche les gens. Et oui, la nourriture confère à chacun d’entre nous une identité et un héritage propres, mais la nourriture est quelque chose que nous pouvons tous expérimenter et partager ensemble, d’où que nous venions. 

Où en sommes-nous ?

A première vue, plus de 348 PAT reconnus par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation au 1er janvier 2022.

Au final, 65 % des PAT sont accompagnés par les Chambres d’agriculture dont 35 % sont co-pilotés par les Chambres d’agriculture…

On en pense quoi du PAT ?

En un mot, il est important qu’il y ait des financements vers des projets liés à l’alimentation. Cela permet de recentrer localement l’alimentation.

En revanche, nous nous posons la question de savoir à qui cela profite réellement.
Permettre aux cantines d’être livré de produits locaux et bio, c’est bien et surtout obligatoire depuis la loi Egalim.

Malgré tout, on sait que seules les grosses exploitations sont en mesure de livrer les écoles. Et pourquoi ? Parce que l’accès aux marchés publics demande d’avoir une trésorerie importante et une organisation logistique sans faille.
En plus, le plus petit producteur, comme ses quantités sont moindres, ne peut accepter non plus une négociation de ses prix.

Le PAT parle de favoriser ses circuits courts, mais la plupart mènent aux écoles…C’est bien, mais pas que !
Pour beaucoup d’entre nous, nous savons que les producteurs de la bio ont besoin de trouver des moyens de dynamiser leur distribution avec des marges plus importantes. C’est une question de survie. Vendre aux cantines, n’est pas le meilleur chemin.

Au mieux, les différents PAT ont mis en place une carte interactive qui référence les producteurs et artisans du territoire. A quoi cela peut-il servir si on n’aide pas les producteurs à s’équiper d’outils pour distribuer directement leurs produits ? Il manque la brique essentielle de la prise de commande.

Alors, force est de constater que le ministère de l’Agriculture sert toujours les mêmes.

Pouvons-nous imaginer un système qui aide les plus faibles ?
Relocaliser l’agriculture en aidant plus amplement l’installation de maraîchers sur des petites parcelles, c’est l’idéal. Leur permettre de vendre facilement leur production avec des outils simples qui leur garantissent un revenu décent, c’est idéal.
Et ce la demeure vrai pour tous les métiers de la terre et de l’élevage.

Peut mieux faire !  Le mille-feuille administratif n’est pas en faveur des petits producteurs, hélas.

Donnons aux GAB, groupements d’agriculteurs biologiques, des moyens supplémentaires pour accompagner. Ils connaissent bien mieux leurs besoins.

Défendons nos droits à une alimentation saine, sans risque, abordable pour toutes et tous et qui ne porte atteinte ni aux personnes, ni à l’environnement.

Les territoires le méritent bien.

Engagez-vous en rejoignant notre partenaire Foodwatch, 100% indépendant.



Partager :FacebookTwitter

Instagram

Error validating access token: The session has been invalidated because the user changed their password or Facebook has changed the session for security reasons.