Patate douce, sans secousse !
racine

Patate douce, sans secousse !

Résumé

Patate douce rien avec découverte car nombre d’entre nous ne le connaissent pas bien et ne savent pas la cuisiner. Pourtant que d’émotions !

La patate douce se démocratise de plus en plus.
Nos amis des Antilles connaissent bien ce légume qui est un incontournable de leur cuisine. Cette plante herbacée vivace, se cultive principalement pour ses tubercules comestibles et riches en amidon. On la trouve dans les régions tropicales et subtropicales du monde entier.
Ce qui est sympa, c’est qu’elle soit destinée aux animaux qui raffolent de ses feuilles, mais également aux humains qui se régalent des tubercules. Rien ne se perd, c’est top !

Petite histoire de la patate douce

La patate douce est originaire des Amérique, où elle a été cultivée par les peuples précolombiens comme aliment de base, puis répandue dans le monde entier par les Européens. Plus simple à cultiver que les céréales, elle est particulièrement adaptée aux climats arides et aux sols pauvres. C’est un aliment de base dans toute l’Afrique et l’Asie, ainsi que dans les Caraïbes et en Amérique du Sud. Elle a été rapportée en Europe par Christophe Colomb et s’est développée à compter de la moitié du 18e.
Elle n’aime pas le froid : sa végétation ne démarre qu’au-dessus de 15 °C et il se développe idéalement autour de 25 °C. Il n’a pas trouvé de sol très favorable en France, sauf en Provence et en Languedoc-Roussillon, où le semis se fait à partir d’avril. Les longues tiges rampantes de la plante peuvent atteindre jusqu’à 5 mètres ! Elles ont une délicieuse pulpe à chair orange et une peau fine de couleur brun foncé. Certaines sont de couleur violette ou rouge.

Pomme de terre et la patate douce, quelle différence ?

La patate douce se confond souvent avec la pomme de terre, mais elle ne lui ressemble pas tant que ça. Tout d’abord, parce qu’elles ne sont tout simplement pas de la même famille. Si les deux sont délicieuses et nutritives, la pomme de terre l’emporte pour sa teneur plus élevée en vitamine C. Elle contient également beaucoup plus de nutriments que la patate douce. Cette dernière contient plus de fibres et a légèrement moins de sucre que la pomme de terre commune.
L’Indice Glycémique de la patate douce est plus bas que celui de la pomme de terre. (50 contre 70). Encore que, cela dépend du mode de cuisson.
Ce sont nos amis sportifs qui l’ont peu à peu démocratisé dans leur alimentation.

Les bienfaits de la patate douce

La patate douce est un aliment riche en amidon qui n’est pas un légume. C’est aussi l’un des aliments les plus nutritifs de la planète. Elles sont riches de vitamines et d’antioxydants, notamment de bêta-carotène. Elles ne contiennent ni sodium ni cholestérol.
Que vous cherchiez une bonne prévention du cancer, une meilleure protection contre les infections et la fatigue, une meilleure vision nocturne ou à ralentir le déclin cognitif, la patate douce est un aliment qui s’impose.
Attention cependant, la patate douce ne se consomme jamais crue. Celle est toxique en fait et peut affecter le système nerveux.

Recette de BioToutCourt

La patate douce. C’est juste trop parfait ! Ce tubercule a une saveur sucrée et une texture douce lorsqu’il est cuit. Au four, frit ou à la vapeur, on a l’embarras du choix. Vous pouvez en ajouter dans vos classiques purées maisons.
Chez BioToutCourt, on raffole des frites de patate douce. Les couper avec un peu plus d’épaisseur, c’est topissime.

Velouté Patate douce – coco – carotte, la recette qui fait mouche !

Pour 6 personnes : 1 bon kg de patate douce – 5 belles carottes – 50 cl de lait de coco – 1 gros oignon – 50 de bouillon de légumes maison – 1 CC de curcuma – huile d’olive

Pelez les patates douces et les carottes si elles ne sont pas bio. Passez les sous l’eau rapidement et débitez en cube. Faites revenir les oignons coupés en lamelles dans l’huile. Puis ajoutez les carottes et patates douces, puis le bouillon et le lait de coco. En fin de cuisson, 30 min plus tard, ajoutez le curcuma. Passez le tout au mixer. Pour la décoration, prenez l’herbe que vous avez sous la main : coriandre, persil, civette etc. Si vous avez le temps, faites torréfier des copeaux de coco et ajoutez les pour la décoration !

En conclusion

Nous sommes bien ravis que la patate douce soit de plus en plus présente dans nos assiettes. L’idéal, c’est qu’elle soit en culture locale et non d’importation, car cela ruine l’empreinte carbone. Les maraîchers du sud de la France s’y sont mis pour notre plus grand plaisir.

Le savez-vous ? Si vous voulez conserver vos patates douces, laissez-les dans une pièce ventilée à 20 degrés ! Cette simple étape permet de réduire le temps de conservation d’une semaine !

Si, la patate douce n’est pas dans vos habitudes de consommation, c’est le moment d’essayer.

On a bien aimé le blog de Papilles et pupilles

Partager :FacebookTwitter

Instagram

Error validating access token: The session has been invalidated because the user changed their password or Facebook has changed the session for security reasons.